Jan 27

Recette du pho

Pho5
Le
Pho (prononcé Fe) est une soupe populaire, spécialité du Vietnam du
nord. Vous trouverez d’excellentes gargottes, de petits restaurants de
rue vous proposant cette soupe de boeuf aux herbes (Pho Bo Hanoï). Et si vous visitez Hanoï en plein hiver, cette soupe saura vous réchauffer.

En voici la recette :

Ingrédients :

  • Boeuf : plat de côte et macreuse, jarret, filet ou faux filet
  • Nouilles de riz
  • Nuoc Mam
  • Sel et poivre
  • Echalote et gingembre
  • Epices : anis étoilée, cannelle, 5 parfums
  • Herbes : coriandre, menthe, basilic frais
  • Citron vert
  • Oignon frais

Faites
bouillir deux litres d’eau. Ajouter la viande que vous laissez bouillir
2 minutes avant de vider l’eau et de recommencer. le but de cette
opération est d’écumer la graisse du bœuf. Ensuite, laissez mijoter.

Faites griller les échalotes et le gingembre, puis
mettez le gingembre, les échalotes et les épices dans un sac de toile.
Plongez ce sac dans le bouillon, auquel vous ajoutez du sel et du
poivre, du Nuoc mam et un bouillon de bœuf. laissez cuir 1 heure.
Préparez vos herbes, coupez l’oignon en  lamelles, préparez aussi les
nouilles en les faisant cuire 3 minutes dans l’eau bouillante. Après
les avoir égoutter, passez les sous l’eau froide (pour stopper la
cuisson). Retirer la viande du bouillon pour la couper en fines
lamelles. couper aussi le morceau de faux filet cru en fines lamelles.

Au moment de servir, vous disposerez dans un bol à
soupe, des nouilles et un assortiment de viandes que vous arroserez de
bouillon. Chacun ajoute ensuite, selon son goût, des herbes,  de
l’oignon cru, du citron, du Nuoc Mam.

Bon appetit !

Par : administrateur

Juil 13

Plat
Les
Vietnamiens tentent de distinguer les plats selon la classification qu’ils ont établie en rapport aux cinq éléments de Yin-Yang : hàn (froid) (Eau), nhiệt (chaud) (Feu), ôn (tiède) (Bois), lương (frais) (Métal) et bình (tempéré) (Terre). Ils tiennent compte de la compensation, de l’interaction et de la combinaison des ingrédients et des condiments dans l’élaboration d’un plat. On constate la litanie des légumes et des condiments dans la composition des recettes vietnamiennes. Connu pour soigner les maladies causées par le "froid" (toux, rhumes etc ..), le gingembre (gừng), le condiment de caractère Yang, est visible dans tous les plats ayant tendance à porter le caractère froid: bí đao (courge), cải bắp (chou pommé), rau cải (légumes) et cá (poisson). Le piment de saveur très piquante et de nature Yang (chaud) est fréquemment utilisé dans les plats ayant le caractère froid, tempéré ou puant (fruits de mer, poissons cuits à la vapeur par exemple). On a l’habitude de manger les oeufs couvés (trứng gà lộn, trứng vịt lộn) des poules ou des canards ayant tendance à porter le caractère Yin (Âm) avec les petites feuilles très parfumées de la persicaire (rau răm) de tendance Yang. La pastèque de caractère Yin (Âm) est mangée toujours avec du sel de nature Yang (Dương). Le plat le plus typique des Vietnamiens reste la saumure de poisson. Dans la préparation de cette sauce nationale, on note la présence de 5 saveurs classées selon les 5 éléments du Yin et du Yang: mặn (salée) avec le jus de poisson (nước mắm), đắng (amère) avec le zeste du citron (vỏ chanh), chua (acide) avec le jus du citron (ou du vinaigre), cay (piquante) avec les piments pilés en poudre ou coupés en miettes et ngọt (sucrée) avec du sucre en poudre. Ces cinq saveurs (mặn, đắng, chua, cay, ngọt) combinées et trouvées dans la sauce nationale des Vietnamiens correspondent respectivement aux 5 éléments définis dans la théorie de Yin et de Yang (Thủy, Hỏa, Mộc, Kim Thổ) (Eau, Feu , Bois, Métal et Terre).

Par : administrateur

Juin 15

Salade_1
Ingrédients:

– 500 g de filet de boeuf émincé
– 1 paquet (400g) de vermicelle de riz
– 3 tiges de citronnelle fraîche finement hachées
– 200 g de germes de soja
– 10 feuilles de laitue découpées en fines lamelles – 1/2 concombre moyen découpé en fines rondelles – 50 g de carottes râpées
– quelques feuilles de menthe et de coriandre
– 100 g de cacahuètes pilées
– 2 oignons
– 2 gousses d’ail hachées
– huile
– sauce soja

PRÉPARATION:
Laisser mariner pendant 1/2 h le boeuf cru finement émincé avec la citronnelle, 1 cuillerée à soupe de sauce soja pure, 1 cuillerée à soupe d’huile et une pincée de sucre. Dans une poêle, faire revenir dans un peu d’huile, l’oignon émincé et l’ail, ajouter le boeuf et faire revenir à feu vif pendant quelques secondes. La viande de boeuf doit être à peine cuite. Poivrer. Cuire le vermicelle. Peler le concombre, en ôter les graines et le couper en tranches minces. Au fond de chaque grand bol, mettre dans l’ordre: les germes de soja, le concombre, les carottes, la laitue, les feuilles de menthe et de coriandre, le vermicelle de riz. Disposer la viande par-dessus. Verser sur l’ensemble trois cuillerées à soupe de la sauce de nuée mam. Saupoudrer 2 cuillerées à café de cacahuètes pilées.
Source :  Joëlle L.

Par : administrateur

Juin 11

Yingyang_3
L’alimentation
est élaborée soigneusement selon le concept du Yin, du Yang et des 5 éléments (Thuyết Âm Dương Ngũ Hành) qui est à la base fondamentale de leur civilisation Văn Lang. Yin-Yang (Âm Dương) est la représentation de deux pôles de toutes choses, une dualité à la fois contraire et complémentaire. Est de nature Yin tout ce qui est fluide, froid, humide, passif, sombre, intérieur, d’essence féminine comme le ciel, la lune, la nuit, l’eau, l’hiver. Est de nature Yang tout ce qui est solide, chaud, lumineux, actif, extérieur, d’essence masculine comme la terre, le soleil, le feu, l’été.  L’homme est le trait d’union entre ces deux pôles ou plutôt entre la Terre (Dương) et le Ciel (Âm). L’harmonie peut être trouvée seulement dans l’équilibre que l’homme apporte à son environnement, à son univers et à son corps. La nourriture des Vietnamiens trouve ainsi toute sa préparation méticuleuse et sa particularité dans la relation dialectique de la théorie du Yin et du Yang. Elle témoigne aussi du respect de la tradition culturelle millénaire d’un pays agricole et d’une civilisation connue pour la culture du riz avec sa technique de la rizière inondée (trồng lúa nước). C’est pour cela que le riz ne peut pas être manquant dans un repas vietnamien. Il est à la base d’un grand nombre de plats vietnamiens. (bánh cuốn, bánh xèo, phở, bún, bánh tráng, bánh chưng vân vân..) (raviolis, crêpe, soupe tonkinoise, vermicelle, galette de riz, gâteau de riz etc ..). Le riz peut être complet, rond, long, concassé, parfumé, gluant etc … Plus qu’un aliment, le riz est pour les Vietnamiens la preuve intangible de leur culture Bai Yue, la trace d’une civilisation qui ne se perd pas sous le poids de la longue domination chinoise.

Par : administrateur

Mai 10

Riz cantonais

Recettes Commentaires fermés

Pour 4 personnes. Préparation: 5 mn. Cuisson: 30 mn.

Ingrédients

Riz_cantonais
3 bols de riz nature entièrement refroidi
50 g de petites crevettes fraîches décortiquées
50 g de lard fumé
1 oignon moyen
1 œuf
2 cuillerées à soupe de petits pois frais écossés
1 ciboule avec sa partie verte
1/2 cuillerée à café de sel
1 pincée de poivre
Du saindoux

Confection

1. Découper le lard en petits dés.
2. Découper l’oignon en lamelles.
3. Hacher finement la ciboule.
4. Chauffer une poêle à grand feu 30 secondes. Y verser 1 cuillerée à soupe de saindoux. Faire frire ensemble oignon et petits pois 3 minutes. Les laisser ensuite en attente dans une assiette.
5. Verser dans la poêle 1 cuillerée à café de saindoux. Brouiller l’œuf sur feu modéré. Dès que l’œuf a pris, le mettre dans une assiette et l’écraser en miettes avec une fourchette.
6. Faire revenir ensemble lard et crevettes 2 minutes dans la poêle. Ajouter le riz. Laisser cuire 10 minutes à feu moyen en remuant souvent avec une spatule. Incorporer oignon, petits pois, œuf, sel et poivre. Continuer la cuisson 10 minutes tout en remuant.
7. Dresser dans un grand plat. Saupoudrez de ciboule hachée. Servir chaud.

Remarques

1. Ce plat est extrêmement populaire, non seulement parce qu’il est savoureux mais encore parce qu’on peut y incorporer presque tout ce qu’on veut, notamment des restes.
2. Ajoutez à volonté poulet, dindonneau ou porc rôtis, que vous ferez revenir avec le lard et les crevettes. Ajoutez aussi, si vous voulez, champignons noirs, champignons parfumés ou champignons de Paris émincés; faites-les frire avec l’oignon et les petits pois.
3. On peut remplacer le lard fumé par un tranche de jambon cuit ou fumé de 1/2 cm d’épaisseur et découpé en petits dés.
4. Au lieu de l’œuf brouillé, vous pouvez faire une petite crêpe puis la découper en lamelles.
5. Les petits pois et l’œuf sont destinés surtout à donner de la variété de couleurs au plat.
6. Si le saindoux ne vous convient pas, remplacez-le par de l’huile d’arachide.
7. Pour avoir le meilleur goût, ce plat doit être assez sec. Si pendant la cuisson le riz commence à attacher, ajouter 1 cuillerée à soupe d’eau.
8. Pour réchauffer du riz cantonais qui serait resté, faites-le revenir dans une poêle en ajoutant un peu d’eau.
Source ASIAFLACH.

Par : administrateur