Jan 07

Un emblème

Histoire de l'école Commentaires fermés

Ecussonclvd L’écusson Cuu-Long Vo-Dao.

Autrefois, il existait une technique de boxe très réputée appelée Cuu-Long. Elle était pratiquée par des moines et  des autochtones. Certains étaient maîtres en cet art, possédant la maîtrise de soi et les techniques de combat. Ils formaient des petits groupes et œuvraient parfois dans la clandestinité pour le bien du petit peuple. Ils avaient en général un emblème permettant aux initiés de se reconnaître. Ils pouvaient ainsi à travers ce signe distinctif effectuer des missions et transmettre des messages. Cette figure symbolique généralement accompagnée d’une devise représentait donc une collectivité. Les supports étaient divers, peinture sur bois, pièce de métal, broderie. Souvent même il n’y avait pas d’objet représentatif, la reconnaissance se faisait à l’aide d’une marque faite sur le sol rapidement effacé.

Notre emblème trouve ses origines en Chine.
C’est en 1945 qu’un de nos maîtres un moine, qui de son pays natal la chine a fait parvenir le premier écusson de notre école. On ne connaît pas exactement l’histoire de sa création et de sa fabrication. Mais seuls les maîtres le portaient. On trouvait sa représentation symbolisée par neuf dragons enchevêtrés peints sur un panneau de bois d’un m2,  accroché au fond de la salle d’armes là où les pratiquants se présentaient pour le salut. Nous avons à Nice sa représentation en bronze.
En 1969, un conseil des maître eu lieu à Saigon. Il s’agissait par un vote de déterminer le nom officiel de l’école pour le Viêt-Nam mais aussi de choisir un nouvel écusson qui serait porté par les pratiquants. Il fut décidé d’adjoindre Vo-Dao au nom de l’école, et le modèle que nous portons fut choisi comme emblème. Pour la fabrication de l’écusson Cuu-long Vo-Dao, j’ai personnellement eu recours à un appareil photographique américain  polaroïd qui a permis de photographier le modèle peint sur bois. Cette photo ayant servi de modèle pour la fabrication artisanale de la broderie.

Maître Tran Hoai-Ngoc

Par : administrateur

Nov 16

Maitretran_03 Voici une nouvelle rubrique: Culture du Cuu Long Vo Dao
Avec le concour de Maître TRAN nous découvrirons pour beaucoup d’entre nous la tradition et l’héritage culturel de notre école Cuu Long Vo Dao
Ce mois ci nous parlerons Vo Phuc.
"Lorsque j’étais très jeune, au centre du Vietnam, je portais un pyjama couleur marron dans la pratique de l’art martial. Seul le maitre portait une robe longue de même couleur. Nous ne portions pas de ceinture. A la saison chaude, nous portions des culottes courtes et une étoffe de tissu attaché à la taille. Elle servait à essuyer la transpiration. A la fin du cours, étant humide, nous la passions sur tout le corps afin de le refroidir. En 1965 nous portions des ceintures de couleur identique au Vo Phuc. Elle permettait de maintenir les organes lors de certaines pratiques martiales.
En 1967, sont apparues les couleurs de ceinture correspondant aux cinq éléments
: bois, feu, terre,métal, eau. Mon maître m’en expliqua la philosophie : Ceinture noire : représente l’obscurité dans l’art martial "Courage et détermination", Ceinture verte : représente la vision qui devient plus grande dans l’art martial "Espoir et bonté", Ceinture jaune : représente l’esprit de l’art martial qui est en soi (dans la peau) "Clairvoyance et combativité", Ceinture rouge : représente l’esprit de l’art martial faisant partie intégrante de soi (dans le sang) "Volonté et générosité", Ceinture blanche : symbolise l’esprit de l’art martial qui est devenu sa propre philosophie (dans les os). Dur comme l’acier et souple comme le roseau "Pureté". Malheureusement, de nos jours, les européens ont suivi la tradition japonaise et même certaines écoles vietnamiennes ont oublié leurs racines et ne respectent plus cette philosophie."
Nicolas et Maître TRAN

Par : administrateur

Nov 14

Mouvement7_1 Les années 1972/73 ont vu, en France, la concrétisation des premiers efforts d’organisation des Arts Martiaux Vietnamiens prodigués par les Maîtres, par la création de la Fédération Française de Viet Vo Dao (FFVVD). Cette dernière reçut un agrément ministériel le 31 mars 1978 mais il lui fut retiré le 3 mars 1987. L’entente en son sein n’était pas des meilleures et l’éclatement n’a pas tardé donnant, en fait d’unification, des groupements isolés qui n’ont pu, ni les uns ni les autres, devenir des éléments fédérateurs des arts martiaux vietnamiens et recevoir une reconnaissance officielle matérialisée par la délivrance d’une délégation ministérielle.
Au début de l’année 1996, 24 ans après ces débuts, le paysage des arts martiaux vietnamiens en France était le suivant, trois gros blocs :
– L’UNAM-VVD (Union Nationale des Arts Martiaux Vietnamiens – VVD) (environ 3600 pratiquants).
– La FFVVD (Fédération Française de Vietvodao) (environ 3500 pratiquants).
– Le groupe VVD-FFKAMA, divisé en 3 groupements (environ 2500 pratiquants).
A côté de ces trois blocs se trouvaient diverses organisations se référant des arts martiaux vietnamiens de plus ou moins grande envergure.
Le Ministère de la Jeunesse et des Sports affiche sa volonté de créer les Etats Généraux des arts martiaux vietnamiens sous l’égide de la FFJDA (Fédération Française de Judo) à qui il accorde la délégation pour ces disciplines. Le but est double, rassembler l’ensemble des pratiquants d’arts martiaux vietnamiens dans une seule et même structure fédérale puis les conduire vers l’autonomie au même titre que les arts martiaux japonais…à suivre…(src institu du viet vo dao)

Par : administrateur

Sep 06

Blog_acc_kung_fu Les effectifs de l’époque étaient de 30 personnes environ, il n’y avait qu’un cours par semaine fixé le samedi, créneau qui n’intéressait personne, et ce pendant 5 ans. Un cours par semaine, c’était très peu pour le programme de l’époque, qui, lui, était très dense. Un exemple:

Pour les débutants, le programme était : 1er et 2ème quyen, technique des tendons, enchaînement N°1 et N°2, enfin diverses techniques d’assauts.

C’était le démarrage du club, la salle des arts martiaux n’existait pas et il n’était pas facile de se faire une place. Maître TRAN parlait peu le Français et il n’existait pas de club de Kung Fu dans la région. Nous étions, certainement, perçus comme des marginaux !

1990 : enfin la première grande compétition nationale eut lieu à Laval. Il s’agissait sans doute du premier championnat de France, un véritable évènement! Notre club avait fait le déplacement avec presque tout l’effectif. Plusieurs catégories d’arts martiaux cohabitaient, le viet vo dao, le kuan qui do, le kung fu : le tout mené par une excellente organisation ! Ce jour- là notre club brilla en remportant plusieurs titres (Jean Claude, Dien, Jean Philippe, Fabrice, Fred, sans oublier le maître, sa femme et ses enfants qui ont gagné dans tous les tableaux où ils étaient inscrits !)

le style Cuu Long Vo Dao venait de marquer son territoire…

DIDIER

Par : administrateur

Août 24

1ère partie

Histoire de l'école Commentaires fermés

Les 5 premières années!
1986 à 1991

Maitretran Première prise de contact avec le maître: l’accueil, le talent, impressionné par la qualité de son enseignement, avec énormément de patience pour les novices que nous étions.
Les pratiquants de l’époque étaient: Joel, Claude, Aziz, Yann, Fabrice, Jamel, Yannick, Jean-Claude, Serge, Fred, Dien, Dominique, Jean-Philippe, Ghislaine, Olivier, Pascal, Didier et quelques autres qui ne sont pas restés très longtemps.
Aujourd’hui, il ne reste que trois personnes de l’époque fidèles au club, certains ont abandonné et d’autres sont partis dans différentes régions comme Dien à Paris, Serge à la Réunion, Jean-Claude à Rennes etc…

L’enseignement de l’époque était la perfection du geste, la répétition pour atteindre le geste parfait.A la fin du cours, le maître faisait asseoir tout le monde autour du tapis, qui n’était que de 40m² au lieu des 320m² d’aujourd’hui et désignait une personne au hasard qui devait faire les mouvements appris lors du cours.
Il était bien évident, que tout le monde espérait que le sort allait désigner son voisin !

DIDIER

Par : administrateur